Imputer directement les coûts à partir des extraits de compte

Imputer directement les coûts à partir des extraits de compte ou des états de cartes de crédit

La procédure d'imputation usuelle consiste à imputer les coûts et la TVA sur la base de la facture d'achat ou du ticket de caisse scanné (Régime de facturation). Le paiement est imputé séparément, signifiant que la facture a été payée. Cette méthode de travail est privilégiée étant donné que, de la sorte, un document source est disponible pour chaque transaction professionnelle. Ce document peut servir de justificatif auprès de l'administration fiscale. Votre administration peut aussi être plus aisément contrôlée.


Si vous ne possédez pas de justificatif, le montant peut être imputé via l'option « Imputation directe aux coûts/Imputation directe au chiffre d'affaires » en concertation avec votre comptable. Cela signifie que la ligne bancaire concernée sera reprise dans la déclaration TVA comme si l'option « TVA applicable » avait été définie pour ce compte du grand livre. Si vous optez pour un pourcentage de TVA donné, la TVA relative à la transaction bancaire est calculée et inclue dans la déclaration TVA.


Attention ! Si vous ne voulez pas que ce soit le cas, vous devez utiliser l'option « Autres transactions ».


Clarté concernant le type de coût

Pour pouvoir déterminer à quel compte du grand livre le coût ou la rentrée doit être imputé(e), il doit être possible de définir le type de frais dont il s'agit sur la base des informations contenues dans le document. Les meilleures indications dans ce cadre sont le nom du fournisseur et la description, comme « loyer du mois X ».


La TVA doit pouvoir être clairement établie

La déduction de la TVA est uniquement autorisée sur la base de justificatifs (factures et tickets de caisse). Dans la pratique, il est dérogé à cette règle pour faciliter l'administration, par exemple dans le cas des loyers ou des rentrées.


Dépenses d'un montant relativement limité

Si le montant est substantiel, l'imputation du justificatif est conseillée. Une exception vaut cependant pour, par exemple, les paiements mensuels récurrents. Citons notamment les loyers ou les certaines rentrées.


Comments